Voyage Gourmand
Ardèche Oenotourisme Voyages

Escapade en Ardèche #1 : De Tournon-sur-Rhône à Saint-Péray

Aujourd’hui, point de recette sur le blog mais une escapade gourmande en Ardèche !

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez peut être déjà qu’il y a trois semaines, à l’occasion de l’intégration officielle de 4 nouveaux membres au sein du collectif Les Toqués d’Ardèche, l’Agence de Développement Touristique de l’Ardèche m’a convié pour deux journées en immersion au coeur du vignoble ardéchois !  

Ce fut un fabuleux voyage gourmand, ma première invitation « presse » en tant que blogueuse… quoi de mieux pour fêter les six ans d’existence du blog ? C’était d’ailleurs très chouette de pouvoir rencontrer des personnes sur la même « longueur d’onde » que moi, tout autant passionnées par la gastronomie, les vins et les voyages que moi ! 

C’est à Cornas, au domaine de Colombo, que se sont déroulées les festivités le Mercredi 1er février. Mais avant la fête, c’est  c’est une journée touristique à la découverte de la région, de sa gastronomie et de ses vins qui m’attendait ! De l’Ardèche, je ne connaissais que les vins (les petites appellations ardéchoises figurant parmi les meilleures de la Vallée du Rhône), et je n’avais encore jamais été me balader dans ce joli coin de la France. J’ai été vraiment émerveillée, je vous propose donc de revenir aujourd’hui sur cette superbe première journée !

Un réveil très matinal, un vol Bordeaux-Lyon puis un trajet final en train plus tard… Et me voilà à Valence, où je suis accueillie par Cécile et Brigitte de l’ADT d’Ardèche. Une fois tout le monde sur place, nous partons direction Tournon-sur-Rhône, à 20 km de Valence, une petite ville pleine de caractère connue, notamment, pour son château construit sur un rocher et classé aux Monuments Historiques.

Une adresse de charme : l’hôtel de la Villeon

C’est avec la visite de l’Hôtel de la Villeon que nous commençons la journée, un magnifique hôtel particulier classé quatre étoiles, où modernité et décoration du XVIIIe se côtoient à merveille.

Hôtel particulier construit au XVIIIe sièlce et légué par des générations de nobles familles, la bâtisse est de ces lieux qui murmurent leur passé, livrent leurs souvenirs et se prêtent à merveille au renouveau. L’hôtel se situe au pied des vignes de Saint-Joseph avec vue sur les coteaux de l’Hermitage. Un bel écrin au coeur du centre-ville médiéval de Tournon. 

Hôtel de la Villeon, Tournon
Hôtel de la Villeon, Tournon

Hôtel de la Villeon, Tournon

Nous sommes accueillis par Valérie Antomarchi, la directrice de l’hôtel, qui nous conte l’histoire passionnante de cette demeure qui a nécessité près de deux années de travaux avant d’ouvrir ses portes. 

À l’intérieur, le décor est un subtil mélange entre histoire et modernité, avec notamment sa porte d’entrée en noyer d’origine, inscrite aux Monuments Historiques. Une fois la porte franchie, un immense hall accueille le visiteur et un premier escalier en pierre dessert les anciennes écuries, devenues une cave dédiée à la dégustation des vins. L’escalier principal nous conduit au salon. Je suis dingue de la décoration, raffinée et élégante.

Hôtel de la Villeon, Tournon
Hôtel de la Villeon, Tournon

Hôtel de la Villeon, Tournon

Nous visitons ensuite quelques autres pièces de l’hôtel, dont trois des seize chambres, réparties sur trois étages. Il fait bon vivre à l’Hôtel de la Villeon, un véritable cabinet de curiosités, où se mêlent meubles patinés, cadres d’antan et globes en verre.

Hôtel de la Villeon, Tournon

Hôtel de la Villeon, Tournon

Avant de repartir, un passage par les jardins suspendus s’impose. Ces jardins répartis sur trois niveaux conduisent jusqu’aux anciennes fortifications de la ville, où la vue sur le Rhône et les collines de l’Hermitage est époustouflante. J’aimerais revenir au printemps ou en été pour voir ce paysage et ces vignes parés de leur plus beau feuillage !

Hôtel de la Villeon, Tournon
Hôtel de la Villeon, Tournon

Vous l’aurez compris, l’hôtel de la Villeon est un petit havre de paix au coeur de Tournon et malgré les travaux, l’âme d’antan de la maison a su être conservée. Une belle adresse à retenir !


Hôtel de la Villeon – 2 rue Davity, 07300 Tournon-sur-Rhône


 

Déjeuner gourmand au restaurant « Du jardin à l’assiette »

La visite à Tournon terminée, nous partons pour le petit village de Mauves où le jeune chef Damien Barjon nous attend pour un déjeuner gourmand dans son restaurant Du jardin à l’assiette, ouvert il y a trois ans dans son village natal.

Un restaurant « bistronomique » qui ne tarit pas d’éloges et qui nous emmène en voyage au coeur de la Drôme et de l’Ardèche gourmandes. Dans une ambiance moderne et colorée, on se laisse surprendre par une cuisine « maison » généreuse et de saison, accompagnée de vins locaux. Un vrai délice de l’entrée au dessert ! 

Du jardin à l'assiette, Mauves
Du jardin à l'assiette, Mauves

Du jardin à l'assiette, Mauves

Du jardin à l'assiette, Mauves

On se régale avec une entrée autour de la truffe ardéchoise (sans savoir que le lendemain, nous rencontrerons son producteur Laurent lors de notre journée avec les Toqués ! 😉 ) : brouillade d’oeufs à la truffe et brillat savarin frais aux lamelles de truffe… Hum, j’en salive encore !

Du jardin à l'assiette, Mauves
Du jardin à l'assiette, Mauves

La suite du menu nous enchante tout autant : en plat, un magret de canard avec une sauce aux cerises noires, sa tombée de choux de Bruxelles et un petit gratin de ravioles du Dauphiné… Un vrai régal pour les papilles, un bel équilibre des saveurs entre « sucré » et salé. Je comprendrais le soir venu que le gratin de ravioles, en Ardèche comme dans la Drôme, c’est assez sacré !

Nous terminons tous sur une note chocolatée en dessert. Je choisis un dôme de chocolat noir (Valrhona bien sûr !) garni d’ananas vanillé et d’une légère crème fouettée. C’est bon et c’est frais. 

Le dessert est d’ailleurs un clin d’oeil à la Cité du chocolat Valhrona devant laquelle nous étions passés dans la matinée, située non loin de Mauves (mais dans le département de la Drôme). 

Bref, nous nous sommes régalés et j’ai été ravie de découvrir cette belle adresse. Le déjeuner était des plus gourmands et l’accueil de Damien et de son équipe au top. Alors si vous êtes de passage près de Mauves… Je vous recommande vivement cette adresse (mais pensez à réserver car le restaurant, connu dans la région, affiche bien souvent complet !). 


Du jardin à l’assiette – 12 avenue Saint Joseph, 07300 Mauves


 

Découverte du Château de Crussol

Après ce délicieux déjeuner… Je crois que cette balade digestive au château de Crussol était la bienvenue !

Avant notre rencontre avec Remy Nodin, un jeune vigneron de Saint Péray, Cécile et Brigitte de l’ADT voulaient nous faire découvrir les vestiges de cette immense forteresse médiévale situés au coeur du vignoble de Saint-Péray.

Il ne reste aujourd’hui que les ruines de ce qui a été un édifice majestueux construit au XIème siècle, détruit en grande partie par les guerres catholiques mais qui a connu une période faste durant le Moyen Âge. 

Le Château de Crussol domine la vallée du Rhône et une petite randonnée s’impose donc pour aller apprécier la vue (le temps était des plus gris cet après-midi là, ce qui ne rend malheureusement pas vraiment service à ce magnifique lieu côté photos, j’en suis désolée). Entre les ruines, ce sont trois des plus prestigieuses appellations viticoles de la vallée du Rhône qui se partagent le paysage : Saint Péray, Cornas et Saint Joseph

Château de Crussol

Château de Crussol

Près des arènes, on peut visiter un petit musée qui retrace l’histoire du château et expose de nombreux objets découverts lors des travaux de rénovation et de consolidation (pièces, clefs, vaisselle…) qui témoignent de l’histoire du château et des modes de vie à l’époque médiévale.

Aujourd’hui, grâce à ces travaux, commencés il y a plus de 20 ans, et à la construction d’un théâtre de verdure de 3000 places, la forteresse revit sous le signe des festivités ! Cet été aura d’ailleurs lieu un grand festival musical mais chaque année a lieu également une grande fête médiévale avec un spectacle son et lumière. 

Château de Crussol

De la monnaie retrouvée lors des travaux de rénovation du Château

Château de Crussol

Depuis le Château, on aperçoit le caveau et les vignes de Remy Nodin


Plus d’infos sur le site de Rhône Crussol Tourisme – Saint Péray – 04 75 40 46 75


 

Une rencontre avec Remy Nodin, vigneron passionné

L’après-midi touche à sa fin et il est temps d’aller à la rencontre de Remy Nodin au caveau la Beylesse. C’est dans sa vieille bâtisse aux voûtes du XIXe sècle que nous sommes accueillis, située à 5 min de Valence sur la rive droite du Rhône.

Je suis bien trop habituée aux grands chais et aux méthodes culturales du bordelais… j’étais donc ravie de pouvoir aller à la rencontre d’un vigneron des Côtes du Rhône. Passionné par le vin, Rémy est tombé dedans quand il était petit et a repris en 2008 le vignoble appartenant à sa famille depuis 4 générations, planté à Saint Péray et dans les communes alentours (Cornas, Crozes Hermitage, Saint Joseph). 

Le vignoble de Rémy parle de son terroir. Depuis moins de 10 ans, ce vigneron s’est lancé dans cette aventure avec une volonté, une philosophie : laisser s’exprimer le terroir, le sol, le climat, les cépages… sans faire intervenir la technologie. 

Une philosophie qui le conduit à utiliser le cheval de trait sur certaines parcelles et à faire des Saint Péray effervescents bruts et natures, sans sucre ajouté (ce qui viendrait masquer les arômes). 

Saint Péray, Domaine Remy Nodin

En fond, on aperçoit le Château de Crussol !

Domain Rémi Nodin, Saint-Peray

Domain Rémi Nodin, Saint-Peray
Domain Rémi Nodin, Saint-Peray

Un peu d’histoire…

Il faut savoir que des vins blancs sont produits depuis le XVIe siècle à Saint Péray et que le vignoble a connu son apogée durant l’époque napoléonienne (avec plus de 500 hectares de vignes !). Durant le XIXème siècle, les effervescents de Saint Peray rivalisaient avec le Champagne mais le phylloxéra, petit insecte qui touche les vignobles français à la fin du XIXème, a eu raison de l’appellation. 

De 500 hectares de vignes il ne reste soudain plus que 5 à 10 hectares… Le vignoble est ensuite peu à peu replanté – les vignes qui étaient auparavant plantées en « franc de pied » seront alors plantées sur porte greffe américain. Mais avec les guerres mondiales, le vignoble connaît ensuite de nouvelles crises. 

C’est la création de coopératives à Tain qui a relancé progressivement l’activité viticole : les viticulteurs misent sur la qualité et unissent leurs forces pour produire de grands vins blancs qui n’ont rien à envier à certains grands Bourgognes.

Aujourd’hui, l’appellation Saint Peray fait environ 90 hectares et compte 35 viticulteurs. Elle est de nouveau réputée pour la qualité de ses vins effervescents.

Quelques souvenirs de dégustation…

Le massif calcaire est parfaitement adapté aux marsannes et la roussannes, les deux cépages de l’AOC donnant des Saint Péray blancs, frais, amples, légers et minéraux. 

En fin de visite, une dégustation des vins produits par Rémy nous attendait.

Domain Rémi Nodin, Saint-Peray
Domain Rémi Nodin, Saint-Peray

Domain Rémi Nodin, Saint-Peray

J’ai été agréablement surprise par la fraîcheur et la complexité des blancs effervescents. Un des trois Saint-Peray que j’ai retenu est la cuvée Vielles Vignes Le Suchat qui pour moi était le must (bouteille à 29€), même si tous les vins étaient vraiment très intéressants ! Remy produit également du Cornas et du Saint Joseph, ainsi qu’un Crozes-Hermitage rouge depuis 2010, que j’ai vraiment adoré également.  

C’était un très chouette moment de dégustation. Remy a su nous transmettre sa passion pour son terroir et sa philosophie… Ce fut une très belle découverte. 

Caveau La Beylesse, Remy Nodin
Domain Rémi Nodin, Saint-Peray


Toutes les informations sur le domaine Remy Nodin sont sur le site du Caveau de la BeylesseFacebook


Fin de journée au Cèdre de Soyons

La journée se termine au Cèdre de Soyons, où nous dînerons et où nous passerons la nuit. Nous sommes là encore très bien accueillis par Antoine Freulet, qui gère l’hôtel avec sa femme Charlotte. L’hôtel est connu pour sa table gourmande : que ce soit pour le déjeuner ou le dîner, produits frais et locaux sont privilégiés.

Nous nous sommes régalés encore une fois (et il y avait encore du gratin de ravioles en entrée…) !  Oui, en fait je dois dire que nous n’avons fait que manger pendant ces deux jours… attendez de voir ce que nous ont réservé les Toqués le lendemain ! 😀


Le Cèdre de Soyons – 670 route de Nîmes, 07130 Soyons


Un grand merci à l’ADT d’Ardèche pour cette première journée… J’espère que ce petit aperçu de l’Ardèche vous a plu. Je vous dis à très vite pour la suite de cette escapade ardéchoise ! 🙂 

 

>> Pour l’épisode 2, une journée avec les Toqués d’Ardèche, cliquez ici ! 🙂

Vous avez encore faim ?

4 Commentaires

  • Reply
    Valérie Antomarchi
    24 février 2017 at 13 h 51 min

    Merci infiniment pour ce très joli sujet sur notre territoire et sur notre maison #hoteldelavilleon!
    Toute l’équipe vous adresse ses chaleureuses salutations et espère vous revoir bientôt.
    Bien cordialement,

    Valérie Antomarchi
    Directrice

    Hôtel de la Villeon / 2 rue Davity 07300 Tournon-sur-Rhône / http://www.hoteldelavilleon.com

  • Reply
    devorezmoi
    1 mars 2017 at 10 h 57 min

    Superbes photos et magnifiques reportage !

  • Reply
    Escapade en Ardèche #2 : Une journée à Cornas avec les Toqués d'Ardèche
    3 avril 2017 at 9 h 01 min

    […] première journée de découverte du terroir, de la gastronomie et des vins ardéchois (dont je vous ai parlé dans mon premier article), c’est à Cornas, au domaine Colombo, que se sont déroulées les festivités […]

  • Reply
    Miel et epices
    24 août 2017 at 17 h 36 min

    Bel article 🙂

  • Commenter

    CommentLuv badge